Le développement psychomoteur de 6 à 12 mois

De 6 à 9 mois :
C’est l’âge de la position assise. Le tonus du dos s’est amélioré, les membres inférieurs ne sont plus fléchis et peuvent s’étendre et le corps garde mieux l’équilibre. Le bébé commence par s’asseoir en trépied. Il a besoin pour cela de s’appuyer sur ses mains, de se pencher en avant et de courber le dos pour tenir assis. Cette position est inconfortable et on évitera de l’y maintenir longtemps.
Entre 8 et 9 mois, il acquiert la véritable station assise. Il peut alors garder un dos droit et n’a plus besoin d’appui. Le bébé gagne en mobilité et en autonomie. Il peut pivoter sur ses fesses et mieux utiliser ses mains.
Bientôt, il saisira les objets entre le pouce et l’index (stade de la pince).
Il entame ensuite la phase du déplacement en rampant, en s’aidant de ses mains (soldat en manoeuvre), ou en utilisant ses genoux tout en relevant le postérieur (saut du lapin) ou en coordonnant le mouvement de ses membres (marche à 4 pattes).
C’est l’âge ou il participe aux jeux ; il prend les objets, les passe d’une main dans l’autre, agite un hochet, tape sur une surface pour produire un bruit, joue à « coucou me voilà » en riant aux éclats.
Il enrichit par ailleurs la gamme des sons qu’il produit et surtout commence à saisir le sens des mots et la symbolique des gestes. Il agite la main pour dire bye-bye. Il répète les syllabes, produisant des Da, Ba ou Ma. C’est l’âge du babillage.
C’est aussi l’âge ou le bébé comprend que des mots désignent des objets connus et des personnes proches. Il fait le lien entre un mot et son objet et y pense lorsqu’on l’évoque.
C’est enfin l’âge de la peur des visages inconnus parce que ces personnes cachent ou remplacent l’image de sa mère.

De 9 à 12 mois :
C’est l’âge de la marche. Avant de faire ses premiers pas, le bébé apprend d’abord à se mettre debout en s’accrochant à un support, souvent les barreaux du lit. Il s’élancera plus tard, parfois après une période d’hésitation que certains parents peuvent trouver trop longue. Il leur faut pourtant toujours respecter le rythme de l’enfant et ne pas le forcer. L’usage du déambulateur ou trotteur (le youpala) est déconseillé par des pédiatres au motif qu’il peut conduire à des accidents (chutes dans les escaliers, brûlures sur les surfaces chaudes), lui préférant les petits véhicules en plastique ou on installe bébé. Il faut prendre en compte la qualité du produit, sa solidité et son équilibre, comme il faut assurer une bonne garde de l’enfant.
C’est que ses doigts sont maintenant agiles. Il manipule tout ce qui est à portée de sa main, il tente de toucher aux prises de courant, il essaye d’ouvrir les tiroirs de la cuisine, il appuie sur les touches des télécommandes, il froisse et déchire le journal et abîme les plantes de l’appartement. Le petit explorateur est en action.

Sociable et joyeux, il aime jouer, danser à l’écoute de la musique, se mouiller ou se mettre du sable partout. Il montre des aptitudes comme celle d’empiler des cubes ou d’encastrer des figures simples, carrés ou triangles. Il peut jouer seul et même ignorer les enfants de son entourage et se lasse vite des jeux imposés pour repartir vers d’autres espaces à découvrir.
9-12 mois est aussi l’âge des premiers mots. Il fait des bruits qui imitent un objet connu comme une voiture ou des syllabes dupliquées (baba, mama, dada) qui sont signifiantes lorsqu’elles désignent toujours la même chose. Il a aussi recours au langage gestuel et montre du doigt l’objet qui l’intéresse.
On est maintenant devant un petit bout de choux tonique, mobile, qui utilise assez bien ses mains et qui se lance dans la communication verbale.
Faouzia BOUFAMA-CHAOUI – janvier 2017

Télécharger en PDF