Le pipi au lit

On accepte qu’un enfant mouille son lit pendant son sommeil jusque l’âge de cinq ans. Au-delà de cet âge, on parle d’énurésie nocturne.
Le contrôle de la vessie n’existe pas à la naissance. L’enfant va progressivement acquérir cette maitrise avec la maturité de son système nerveux. Il contrôlera le besoin d’uriner d’abord pendant l’éveil puis pendant son sommeil, à un âge variant d’un enfant à l’autre. Un enfant énurétique mouille son lit pendant son sommeil alors qu’il est propre pendant l’éveil.
L’énurésie est complètement involontaire, l’enfant ne se rend pas compte de la fuite.
L’énurésie n’est pas une maladie, ni du système urinaire ni du système nerveux. C’est le résultat d’un retard, plus rarement d’une perte de contrôle de sa vessie.
On parle d’énurésie primaire lorsque l’enfant n’a pas encore acquis une propreté pendant le sommeil et d’énurésie secondaire lorsqu’il se remet à faire pipi au lit après avoir été propre. Dans le premier cas, le plus fréquent, il n’y a pas encore de contrôle de la vessie tandis que dans le deuxième cas, il y une perte de ce contrôle. Cette perte de contrôle est souvent une réaction à une tension nerveuse (jalousie, conflit familial, difficulté à l’école)
Il ne pas faut non plus confondre l’énurésie, qui est exclusivement nocturne, et l’incontinence qui est à l’origine de fuites pendant le sommeil et pendant l’éveil.
Parmi les enfants qui font pipi au lit, il y a enfin ceux qui ont un sommeil profond, avec du mal à se réveiller, et ceux qui produisent plus d’urine pendant la nuit.
Alors quoi faire ?
En parler avec le pédiatre. Le pipi au lit n’est pas une tare honteuse ni le fait d’un mauvais enfant. C’est un trouble involontaire qui fait souffrir l’enfant comme sa famille. Ce n’est pas non plus une fatalité mais un problème qui a des solutions. Il faut donc :
Ne pas culpabiliser ou humilier l’enfant.
Lui apporter plutôt votre soutien et lui dire votre affection.
L’aider à reprendre confiance.
Vous assurer qu’il n’a pas peur d’aller aux toilettes (laisser une veilleuse)
Lui demander de boire moins le soir, d’aller aux toilettes avant le coucher.
Si votre enfant urine à heure fixe de nuit ; vous pouvez le réveiller juste avant. Eviter de le réveiller plusieurs fois pour ne pas perturber son sommeil et sa journée du lendemain.
N’utiliser pas de couches, votre enfant n’est plus un bébé.
Pour que votre enfant se sente grand et responsable, laisser le gérer les conséquences d’une nuit mouillée en lui permettant de se laver tout seul, de préparer son linge du lendemain, de vous aider à changer ses draps.
Enfin il faut l’accompagner à chaque étape, l’encourager, reconnaitre et récompenser ses efforts. Il faut l’aider à reprendre confiance et retrouver une estime de soi.
D’une manière générale, il faut encourager votre enfant à grandir et ne pas le traiter comme un bébé, lui permettre de s’exprimer, lui parler plus et favoriser son auto-affirmation.
Son pédiatre va vous aider. Il vous apportera des explications simples et parlera à votre enfant. Il mettra en place un projet de soins ou votre enfant et vous aurez le rôle central.
A priori, il n’aura pas besoin d’un bilan, tout au plus des examens simples. Un médicament s’avèrera parfois nécessaire.
On retiendra que le pipi au lit est un trouble fréquent, résultat d’une immaturité du contrôle nocturne de la vessie et non une maladie physique ou psychique. C’est un trouble que l’on peut corriger. Il ne faut pas se contenter d’attendre, dans la souffrance et la fatalité, que le temps règle le problème. Il faut en parler et agir, avec l’aide du pédiatre.

Dr Mounira DJAZAIRI – janvier 2017

Télécharger en PDF