Préparation médicale à la venue d’un bébé chez un jeune couple

Objectif : un bébé en bonne santé.
Comment faire ?
Observer un certain nombre de précautions. Celles-ci débutent avant le mariage du jeune couple. Elles se poursuivent pendant la grossesse jusqu’à l’accouchement.

Avant le mariage, la loi oblige le couple à subir une visite médicale : c’est l’examen prénuptial. Il a pour but de dépister les maladies contagieuses ou chroniques pouvant avoir des répercussions néfastes aussi bien pour le conjoint que pour le bébé à naître. La détermination du groupe sanguin A B O Rhésus est également exigée.

Pendant la grossesse : la femme enceinte est l’objet d’une surveillance médicale pour lui éviter de contracter ou pour traiter des maladies qu’elle pourrait transmettre au bébé qu’elle porte. Protéger la mère, c’est protéger le bébé. Cette surveillance médicale est assurée de préférence par un spécialiste gynécologue obstétricien. Elle consiste en des examens médicaux successifs ou visites prénatales : le médecin procède à chaque fois à un examen gynéco-obstétrical ainsi quà un examen complet.
La palpation des seins est systématique, de même que la prise de la tension artérielle ainsi que la recherche d’albumine dansles urines. Des échographies sont utiles et aident à apprécier le bon déroulement de la grossesse et la bonne santé du bébé.
La première visite est l’une des plus importantes car elle permet d’établir un bilan de santé de la femme enceinte. Elle est l’occasion de prescrire des analyses de sang obligatoires : sérologie de la rubéole, de la toxoplasmose et de la syphilis. D’autres peuvent être demandées, comme la sérologie des hépatites B, C et celle du HIV (SIDA)…
Parallèlement, la femme enceinte est astreinte à observer certaines mesures hygieno-diététiques même si « grossesse n’est pas maladie ». Elles concernent l’alimentation et la prise de poids mensuelle normale : 500 grammes au premier trimestre, 1 kg au deuxième et 2 kg au troisième ; la fourchette tolérable se situant entre 9 et 12 kg. Manger sain, équilibré et raisonnablement ; ne pas manger pour deux !
Il est vivement conseillé de bien faire cuire les aliments surtout la viande, de faire bouillir le lait pasteurisé, d’éviter les fromages au lait cru, de laver soigneusement à l’eau javellisée les aliments à consommer crus, d’éviter le contact des chats et leurs déjections.
Eviter également le contact des jeunes enfants (classes scolaires, crèches, garderies, salles d’attente des pédiatres…) qui sont des sources de nombreuses maladies contagieuses parfois redoutables pour le bébé, comme la rubéole.
Prendre garde à ne pas s’exposer aux rayons X (radiographies).
Ne pas pratiquer l’automédication et ne pas subir de vaccinations par des vaccins vivants (BCG, anti-rubéoleux, fièvre jaune). La vaccination contre la grippe est inoffensive.
Penser à l’autopalpation régulière des seins à la recherche d’une grosseur anormale et surtout s’assurer que les tétons sont bien formés pour permettre un allaitement convenable.
L’activité physique, les loisirs et les voyages sont adaptés à l’âge de la grossesse.
Chaque consultation est l’occasion d’acquérir des conseils d’éducation sanitaire, de préparation à la maternité et de rudiments d’hygiène générale et de puériculture et également de poser des questions.
Toute anomalie ou incident en cours de grossesse est signalé au gynécologue : douleurs abdominales (contractions utérines) persistantes, infection génitale, perte des eaux, hémorragie, fièvre, anomalies des mouvements foetaux…, peuvent constituer des signes de risque sérieux pour la mère et pour le bébé, comme par exemple l’infection ou l’accouchement prématuré.

Enfin, dernier volet des précautions à observer :
-L’organisation de l’accouchement qui s’articule autour d’un maître mot : SECURITE pour la mère et le bébé. Le gynécologue, celui-là même qui a suivi la grossesse, conseille le lieu d’accouchement offrant des garanties en matière d’hygiène, d’équipement et de personnel spécialisé, compétent et disponible (infirmières, sages femmes, pédiatres).

Dr S. Khati. Avril 2015.

Télécharger en PDF