Otites

C’est l’infection de l’oreille. Il en existe plusieurs types.

L’oreille comprend 3 parties. Il y a, en allant du dehors en dedans, l’oreille externe avec le pavillon et le conduit auditif, puis l’oreille moyenne avec le tympan et les petits osselets qui vibrent sous l’effet du son, et enfin l’oreille interne ou les vibrations du son se transforment en un message nerveux qui ira au cerveau. L’oreille sert à entendre mais l’oreille interne sert aussi à l’équilibre de notre corps dans l’espace.

L’oreille moyenne communique avec le fond de la gorge par un canal, la trompe d’eustache, par où peuvent remonter des microbes.

Les narines, la gorge et l’oreille moyenne sont tapissées par le même revêtement (muqueuse) et une inflammation du nez et du pharynx peut s’étendre à la muqueuse de l’oreille moyenne.  

L’infection du conduit auditif externe réalise l’otite externe. Ce n’est pas une situation fréquente en pédiatrie. Elle est favorisée par l’usage du coton-tige et les bains en piscine ou en eau de mer. Elle ne produit pas de fièvre. Elle cause une douleur vive que l’on accentue lorsque l’on tire sur le pavillon ou que l’on appuie sur l’entrée du conduit. L’examen à l’otoscope visualise l’inflammation du conduit auditif qui parait rétréci et rouge avec parfois du pus. La présence de squames blanchâtres adhérant aux parois et aux poils du conduit auditif évoque plutôt un champignon. Le tympan est normal dans l’otite externe.

L’otite externe est traitée par un antidouleur et des gouttes auriculaires. On l’évitera en proscrivant les cotons-tiges et en protégeant les oreilles en piscine.

L’otite moyenne est bien plus fréquente. On y pense de suite devant un enfant qui à mal à l’oreille et qui fait de la fièvre mais les signes peuvent être trompeurs chez le tout petit (vomissements, diarrhée et absence de fièvre). L’examen des oreilles d’un enfant malade est donc très important et sera systématiquement fait.

Il faut distinguer l’otite congestive, simple rougeur du tympan sans présence de pus dans l’oreille, qui accompagne souvent les rhinopharyngites, et l’otite suppurée où il y a du pus. Dans l’otite suppurée, le tympan subit la pression du liquide et cela fait mal. Si le tympan se perfore, le pus coulera par l’oreille.

L’arrivée du microbe dans l’otite moyenne purulente se fait par la trompe d’eustache depuis le pharynx et non par l’extérieur sous l’effet du bain ou par le froid comme souvent supposé. L’otite moyenne est une complication de l’infection du rhinopharynx.

L’otite congestive ne nécessite pas d’antibiotique. L’otite suppurée oblige par contre à un traitement antibiotique par voie orale, surtout chez le tout petit, avec une surveillance de l’évolution. Négligé ou mal traité, le microbe d’une otite suppurée peut se propager au voisinage, vers l’os (mastoïdite), le nerf de la face (paralysie de la moitié du visage), les méninges (méningite) ou passer dans le sang (septicémie).

La persistance plus de 3 mois d’un liquide inflammatoire dans l’oreille moyenne réalise l’otite séro-muqueuse. Elle va se traduire par une baisse de l’audition. Le spécialiste en ORL confirmera le diagnostic. Cette affection n’est pas douloureuse et elle ne produit pas de fièvre mais elle peut être la cause d’un retard du langage. Elle fera discuter un drainage par la pose d’un aérateur trans-tympanique ou yoyo et justifie parfois l’ablation des végétations (adénoïdectomie).

La vaccination contre le pneumocoque, introduite en 2016 dans le nouveau calendrier vaccinal, va réduire la survenue de l’otite purulente due à ce germe mais les autres bactéries en cause n’ont pas encore de vaccins. L’otite restera un diagnostic à envisager chez l’enfant malade. 

Dr Nabil CHAOUI – mars 2017

Télécharger en PDF