Alimentation de l’enfant de 6 mois à 1 an

La diversification alimentaire, c’est-à-dire l’introduction d’aliments solides en complément du lait, peut être envisagée vers 6 mois, pas avant 4 mois révolus (soit pas avant le 5ème mois).

– L’allaitement maternel est poursuivi, ou à défaut, un lait pour nourrisson 2ème âge avec une consommation moyenne de 700 à 800 ml/j qui diminuera progressivement à l’introduction des aliments.
– L’ordre d’introduction des aliments n’est pas strictement défini, il varie selon les habitudes et coutumes de chacun. Souvent les légumes et les fruits sont proposés en premier, les céréales puis les viandes, poissons et oeufs, les matières grasses et les laitages.
– La variété, la consistance des aliments, ainsi que la quantité et la fréquence des repas augmentent progressivement.
– Les aliments sont progressivement introduits, un par un sur quelques jours. Cela permet d’éduquer le goût de l’enfant, de tester la tolérance et de dépister d’éventuelles réactions allergiques à certains aliments.
Les aliments potentiellement allergéniques (oeuf, poisson…) seront normalement proposés, y compris chez les enfants à risque allergique personnel ou familial sauf si l’allergie est prouvée.

– Apprendre à l’enfant à aimer les différentes saveurs, textures et odeurs, ne pas insister si un aliment est parfois refusé, mais tenter de le redonner plus tard jusqu’à ce qu’il soit accepté.
– Au début les aliments sont mixés, puis leur consistance augmente progressivement selon l’acceptabilité de l’enfant, devient grumeleuse vers 7 mois, puis ils sont écrasés à la fourchette ou au moulin, des petits morceaux sont proposés vers 9 mois. Peu à peu l’enfant utilisera une cuillère ou ses doigts.
– Au début l’enfant reçoit 1 repas par jour (légumes + protéines + matières grasses) puis 2 repas et 1 à 2 collations par jour (fruits, céréales ou produits laitiers).
– Il faut adapter la quantité d’aliments aux besoins de l’enfant, selon ses goûts et son appétit.
Respecter la faim du bébé, s’il ferme la bouche ou détourne la tête c’est qu’il n’en veut plus.

Commencer par quelques cuillères à café, arriver en quelques jours à l’équivalent d’un petit bol de légumes entre 100 et 150 gr, adapter la quantité à l’appétit de l’enfant.

Tous les légumes peuvent être proposés.
Varier les légumes, introduire 1 légume nouveau à la fois. Les faire cuire à la vapeur ou dans l’eau sans sel ni matière grasse. Les légumes à goût fort ou riches en fibres (choux, oignon, navet…) peuvent être proposés plus tard selon l’acceptabilité de l’enfant.

Tous les fruits peuvent être proposés.
Pomme, poire, banane, fraise, orange, raisin ou fruit de saison.
Ils sont donnés après le repas de midi ou au goûter en complément du lait. Au début ils sont cuits sans sucre et mixés ou écrasés. Par la suite les fruits peuvent être donnés crus bien mûrs, écrasés ou râpés ou en petits morceaux.
Les fruits entiers cuits ou crus sont préférables aux jus de fruits car ils apportent des fibres.

Les protéines animales
Mélangées aux repas de légumes, il est recommandé d’alterner tous les jours :
– Viandes blanches ou rouges, non grasses de préférence, environ 10 gr par jour soit 2 cuillères à café.
– Poisson, 2 fois par semaine si possible, environ 10 gr par jour soit 2 cuillères à café.
– Œuf dur (jamais cru), 1 fois par semaine, environ 1/4 d’œuf, blanc et jaune.

Les légumineuses
Lentilles, pois-chiche, haricots, riches en fer et en protéines, peuvent être donnés progressivement en petites quantités dès 6 mois.

Matières grasses
Ajouter dans l’assiette 1 cuillère à café d’huile végétale crue. Alterner huile d’olive, maïs, colza, noix, soja…, ou de temps en temps 1 noisette de beurre.

Farines ou céréales infantiles avec gluten de 2ème âge
Donner 1 fois par jour des céréales mélangées au lait ou au repas de légume, le matin ou le soir.

Les laitages
Ils peuvent être donnés après 6 mois. Ne pas donner de produits laitiers allégés en matières grasses « light ».
Les fromages pasteurisés à pâte molle ou ferme et doux peuvent être donnés à partir de 9 mois, râpés puis en morceaux.

Donner de l’eau à boire, pas de boissons sucrées telles que jus, soda…

Les repas peuvent se conserver :
– 24 à 48 heures au réfrigérateur.
– 1 à 2 mois au congélateur. Ne pas recongeler un aliment déjà décongelé.
– Ne pas chauffer les aliments au micro-ondes en raison d’un risque de brûlure (répartition inégale de la chaleur).

En pratique, à titre indicatif :
– Entre 6 et 8 mois :
Allaitement maternel ou lait pour nourrisson 2ème âge, 700 à 800 ml par jour en moyenne.
Selon l’appétit de l’enfant : 4 à 5 repas par jour (lait, 1 à 2 repas complets et 1 à 2 collations par jour).
Les aliments sont mixés au début, puis de consistance grumeleuse vers 7 mois (écrasés au moulin à légumes).
– Entre 9 et 12 mois
Allaitement maternel ou lait pour nourrisson 2ème âge, 700 ml par jour en moyenne.
Selon l’appétit de l’enfant : 3 à 4 repas par jour (lait, 1 à 2 repas complets, 1 à 2 collations).
Les aliments peuvent être donnés en petits morceaux (attention aux fausses routes).
Laisser l’enfant manger avec les doigts, il commence à boire au verre.

Fromages pasteurisés à pâte molle ou fromages à pâte ferme râpés ou en morceaux, 1 petit suisse ou 1/2 yaourt.
Pâtes fines ou semoule de blé ou riz bien cuit, biscuit ou croûte de pain (attention aux fausses routes).

Après 1 an
L’enfant peut partager l’alimentation familiale variée.
En moyenne 4 repas par jour (petit-déjeuner, déjeuner, goûter, diner, 1 collation).
– Lait maternel ou lait de croissance 3ème âge ou lait de vache entier, en moyenne 500 ml par jour, sans dépasser 800 ml par jour.
– 2 repas.
– 1 à 2 collations selon l’appétit de l’enfant.
Eviter le grignotage entre les repas et une alimentation trop grasse, trop salée et trop sucrée.

Dr F. MERABTENE- février 2017

Télécharger en PDF

©2017. Les copies ou reproductions des articles du site sont strictement réservées à l’usage privé et non destinées à une utilisation collective sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l’auteur et la source.