Alimentation de l’enfant : généralités

Une nutrition adéquate durant les premières années de vie des enfants contribue à une meilleure croissance et à un meilleur développement général.
Au cours de la 1ère année de vie, l’alimentation va passer progressivement d’une alimentation exclusivement lactée à des repas diversifiés. Cette évolution se fait chez le nourrisson en fonctions de ses compétences physiologiques et psychomotrices.

DE LA NAISSANCE à 6 MOIS :

L’alimentation du nourrisson est exclusivement lactée.

Le LAIT MATERNEL reste le meilleur choix et doit être privilégié.
L’allaitement maternel exclusif est recommandé pendant les 6 premiers mois et il est souhaitable de le poursuivre jusqu’à l’âge de 2 ans ou plus.

Les LAITS INFANTILES, utilisés en l’absence d’allaitement maternel, sont actuellement appelés préparations pour nourrissons entre 0 et 6 mois (laits 1er âge), préparations de suite entre 6 mois et 1 an (laits 2ème âge) et laits de croissance entre 1 et 3 ans (laits 3ème âge ou n°3).

A PARTIR DE 6 MOIS :

Le bébé est prêt à consommer d’autres aliments, lorsqu’il :
-peut s’asseoir et tient bien sa tête,
-ouvre la bouche à la vue des aliments,
-conserve l’aliment dans la bouche,
-est capable de refuser un aliment en détournant la tête.

Le lait seul ne suffit plus à couvrir les besoins du nourrisson en substances nutritives (protéines, fer, zinc, vitamines A et D…).
D’autres aliments sont progressivement proposés : légumes, fruits, viandes, poissons, oeufs, matières grasses, féculents, produits laitiers.

L’introduction des aliments ou diversification alimentaire se fait progressivement AUTOUR DE 6 MOIS, pas trop tôt (pas avant le 5ème mois soit 4 mois révolus), ni trop tard.
Pour certains bébés, cela peut se faire un peu avant 6 mois, pour d’autres un peu après 6 mois.

Il n’est pas recommandé de retarder après 6 mois l’introduction d’un aliment tel que le poisson ou l’oeuf  pour tenter de prévenir la survenue d’une allergie, même chez un enfant dit à risque (dont un des parents ou frère ou soeur présente une allergie alimentaire).

Il est préférable de limiter la consommation des matières grasses animales et de privilégier les matières grasses végétales.

Il est souhaitable de ne pas ajouter de sel, de sucre ou d’épices dans l’alimentation de l’enfant avant 1 an.

Le miel n’est  pas recommandé chez le jeune enfant de moins de 1 an car il peut parfois être contaminé par des bactéries et être à l’origine d’une intoxication grave (cas de botulisme).

Les aliments de petite taille et durs tels que les fruits secs (cacahuètes, noix, noisettes…), les bonbons durs, les fruits durs (pomme…), les grains de raisin frais… ne sont pas recommandés chez l’enfant de moins de 5 ans en raison d’un risque de fausses routes et d’étouffement.

Le lait de vache ne doit pas être utilisé chez l’enfant de moins de 1 an (mauvaise qualité nutritionnelle).

Les produits laitiers (yaourt, petit suisse, fromage) ne peuvent remplacer qu’en partie le lait, il ne faut pas en abuser car ils sont trop riches en protéines et en matières grasses.

Allaitement maternel, cliquer ici
Alimentation de l’enfant de la naissance à 6 mois, cliquer ici
A
limentation de l’enfant de 6 mois à 1 an, cliquer ici

Dr F. MERABTENE – février 2017

Télécharger en PDF

©2017. Les copies ou reproductions des articles du site sont strictement réservées à l’usage privé et non destinées à une utilisation collective sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l’auteur et la source.